"Je suis né dans la ville d'Aubagne, sous le Garlaban couronné de chèvres, au temps des derniers chevriers..."

 
 

Marcel Pagnol

Marcel Pagnol naît à Aubagne le 28 février 1895. Fils d'un instituteur fermement laïc et d'une mère couturière, il entreprend de brillantes études et se consacrera, dès le lycée, à ses deux passions : les femmes et l'écriture. Il publie quelques poèmes dans la revue Massilia. En 1914, à peine âgé de 15 ans, il perd sa mère, avec qui il entretenait une relation fusionnelle. La même année, il créé avec quelques amis la revue Fortunio, qui deviendra Les cahiers du sud. Réformé de l'armée suite à la faiblesse de sa constitution, il obtient en 1915 une licence de lettres et littérature vivante en anglais.

 

Il obtient alors différents postes de répétiteurs qui le mèneront jusqu'à Paris. Il décide alors de prendre congé de l'éducation nationale afin de se consacrer à l'art littéraire et au théâtre. Après un vaudeville écrit avec son ami Paul Nivoix, il s'attaque à une critique plus acerbe dans Les Marchands de Gloire, en 1924. Le succès critique est à la hauteur de l'échec public, et la pièce sera finalement un four.

Il persiste néanmoins, et entre une vie dissolue menée au rythme des soirées entres écrivains, des verres d'absynthe et des femmes, il écrit Topaze : la pièce sera un triomphe. Fort d'une nouvelle notoriété, il décide, contre l'avis de tous, d'écrire une pièce se déroulant dans sa région de coeur, et crée Marius, l'histoire d'un jeune marseillais attiré par le large : le casting réuni Orane Demazis, Charpin et Raimu Le triomphe sera gigantesque.

 

En 1926, après avoir assisté à Londres à une projection de Broadway Melodies, un des premiers films parlant, il décide de se consacrer au cinéma, devenu parlant, y voyant le droit et le devoir des auteurs dramatiques. Un choix qui dérange : l'auteur est pendant plusieurs années au centre de critiques féroces, en réponse à ses nouvelles convictions. Par des critiques très dures, les artistes du cinéma muet lui font comprendre qu'ils ne l'ont pas attendus pour apprendre leur métier. Les auteurs de théâtre le considèrent eux comme un traître.

Marcel Pagnol s'obstine et décide d'apprendre le métier par lui-même, jugeant que personne ne le connaît encore puisque personne ne l'a fait. En 1932, il se rapproche des studios Paramount afin d'y apprendre toutes les facettes du milieu. Il supervise ainsi l'adaptation cinématographique de Marius en 1931, réalisée par Alexander Korda et reprenant l'intégralité du casting original. Le public lui donnera raison, et fera un triomphe à Marius, puis à ses suites, Fanny de Marc Allégret en 1932 et Cesar, qu'il réalise lui même en 1936.

En 1932, Pagnol crée ses propres studios, afin de diriger totalement son tournage, et fonde une cité du cinéma. Passionné de science, il s'intéresse tout autant au domaine artistique qu'au domaine scientifique, et développe lui même les pellicules de ses films dans la région de Marseille, un "Hollywood provençal" comme il le nommé lui même. Si la "cité du cinéma" qu'il a rêvé ne prendra jamais véritablement son essor, Pagnol travaille néanmoins avec une vraie vision du cinéma : pour lui, l'auteur est à la base de tout, et le dialogue est roi. Très soucieux de la qualité du son, il se tient souvent dans la pièce voisine du plateau pendant le tournage afin de se concentrer sur la netteté du texte. Adaptant souvent ses pièces, il lui est reproché de faire du théâtre filmé, ce que le réalisateur nie fermement.

C'est en revanche un directeur d'acteur respecté : il met en scène Charpin, Oranne Demazis (avec qui il aura un fils), Fernandel , et surtout Raimu qu'il considère comme le plus grand acteur du monde et à qui il offre La Femme du boulanger. En bon provençal, Marcel Pagnol respecte les traditions : les tournages sont souvent interrompus ou reportés en fonction de la prolongation d'une partie de boules, et l'auteur n'abandonnera jamais sa traditionnelle sieste, qu'il fera tout au long de sa vie. Qualifié de " menteur de charme " par Fernandel, il interprète lui même tous ses personnages lors de l'écriture. Lors du tournage du Schpountz, leur sommet commun dont il écrit les dialogues au jour le jour, il se dispute avec Fernandel, qui le trouve fainéant : ils se fâcheront définitivement.

En 1941, Pagnol renonce à La Prière aux étoiles, un de ses scénarii les plus personnels, ne souhaitant pas travailler sous l'occupant allemand. Il garde néanmoins toute son équipe, et ouvre dans sa propriété une culture d'œillets, ce qui vaudra à Raimu le bon mot : "Si Pagnol se lance dans les oeillets, je n'ai plus qu'à ouvrir un bar à Marseille". C'est à cette époque qu'il rencontre Jacqueline Bouvier, qui deviendra sa femme en 1951. Il lui écrira Manon des Sources, elle restera sa compagne jusqu'à la fin.

En 1947, il est reçu à l'Académie Française. En 1954, sa fille Estelle meurt subitement, à l'âge de 4 ans. Il ne s'en remettra jamais, et renoncera au cinéma peu de temps après. Reconnu comme l'un des grands du cinéma français, il est président du Festival de Cannes 1960. Souvent considéré comme un auteur local, il s'en défend : ses thèmes, même si ils mettent en scène des méridionnaux la plupart du temps, sont au contraire des sujets universels, comme l'amour familial ou le sens de l'honneur. Courtisé par Hollywood, il est un des seuls (avec Fernandel ) à s'y être toujours refusé. C'est peu dire que Marcel Pagnol n'est pas un grand voyageur : l'auteur n'a jamais pris l'avion de sa vie, et était au supplice lorsqu'il prenait le bateau pour se rendre en Corse chez son ami Tino Rossi !

En 1955, il reviendra un certain temps sur scène avant de se consacrer à la rédaction de ses souvenirs, qui le feront connaître du monde entier. Sa dernière grande passion sera le masque de fer, auquel il consacrera deux livres.

Qualifié de théâtre filmé, son cinéma est depuis reconnu par tous : Roberto Rossellini a ainsi déclaré "Le père du néoréalisme au cinéma, ce n'est pas moi, c'est toi. Si je n'avais pas vu La Fille du puisatier, je n'aurais jamais tourné Rome ville ouverte. Les réalisateurs modernes lui rendent également hommage, Steven Spielberg lui attribuant la puissance de Frank Capra, John Ford et François Truffaut réunis.

En 1974, le plus marseillais des parisiens meurt dans la capitale. Il est enterré au cimetière de La Treille, près de Camoins-les-Bains, dans les collines provençales de son enfance, auprès de sa mère et de sa dernière fille, Estelle. Sa tombe porte l'inscription : "Il a aimé les sources, ses amis, sa femme".

La gloire de mon père

La Gloire de mon père est un film français d’Yves Robert sorti en 1990, sur un scénario de Louis Nucera et Jérôme Tonnerre; d’après le roman éponyme du cycle des Souvenirs d'enfance de Marcel Pagnol paru en 1957.

Philippe Caubère et Nathalie Roussel incarnent les parents de Marcel Pagnol (Julien Ciamaca) et Paul (Victorien Delamare). L'oncle Jules et la tante Rose sont interprétés par Didier Pain et Thérèse Liotard. Des passages du texte du roman original sont narrés par Jean-Pierre Darras.

La Gloire de mon père, nommé quatre fois aux César, est suivi par Le Château de ma mère sorti au cinéma la même année.

 

Fils d'un instituteur marseillais, Marcel Pagnol passe ses premières années dans le monde de l'école où il se montre naturellement bon élève. Jeune adolescent, durant les grandes vacances de l'été 1904, il découvre les garrigues environnant Marseille et le Garlaban, auxquels il restera attaché toute sa vie.

 

La vieille bastide louée par la famille devient le centre d'une sorte de paradis peuplé de personnages pittoresques dont Lili des Bellons, un jeune paysan qui deviendra son ami et l'initiera aux mystères des collines.

Son père et son oncle s'adonnent à la chasse et c'est un exploit de chasseur, un doublé de bartavelles, qui deviendra la gloire de son père.

 

Le château de ma mère

Le Château de ma mère est un film français d’Yves Robert sorti en 1990, sur un scénario de Jérôme Tonnerre, d’après le roman éponyme du cycle des Souvenirs d'enfance de Marcel Pagnol paru en 1957.

Il s'agit de la suite de La Gloire de mon père, sorti la même année dans les salles. Philippe Caubère et Nathalie Roussel incarnent les parents de Marcel Pagnol (Julien Ciamaca) et Paul (Victorien Delamare). L'oncle Jules et la tante Rose sont interprétés par Didier Pain et Thérèse Liotard. Des passages du texte du roman original sont narrés par Jean-Pierre Darras.

Chaque fin de semaine et en été, le jeune Marcel Pagnol passe ses vacances en famille dans les collines du Garlaban, au-dessus de Marseille. Marcel a hâte de retrouver son « petit frère des collines », Lili des Bellons. Mais le trajet est long depuis la cité phocéenne. Joseph, le père de Marcel, décide alors de passer illégalement par les berges du canal pour raccourcir la marche de plusieurs kilomètres, ce qui n'est pas du goût d'Augustine, sa femme, angoissée à l'idée de traverser des propriétés privées.

La famille Pagnol se fait bientôt surprendre dans les jardins du château de la Buzine appartenant à un ancien militaire.

Marcel s'éprend bientôt de la prétentieuse Isabelle Cassignol, fille d'un soi-disant riche poète en vacances à La Treille. Aveuglé par l'amour, le jeune garçon, manipulé par Isabelle, délaisse bientôt sa famille et son ami Lili…

 

3 votes. Moyenne 5.00 sur 5.

Date de dernière mise à jour : 23/04/2020